L’éducation, secteur phare des futures licornes du continent africain?

Home/Cameroun, Côte d'Ivoire, Enko Education Blog FR/L’éducation, secteur phare des futures licornes du continent africain?

L’éducation, secteur phare des futures licornes du continent africain?

Il y a dix ans rien ne laissait soupçonner le bouillonnement actuel de l’entrepreneuriat en Afrique. Le succès est tel qu’un néologisme a été créé pour décrire ce nouvel acteur de l’économie continentale: l’afropreneur. Les cyniques y voient la nécessité de trouver des débouchés à une jeunesse de mieux en mieux éduquée qui constitue les gros bataillons d’africains sans emploi: 60 % des jeunes africains de moins de 25 ans étant au chômage. Quoi qu’il en soit, les initiatives pour encourager l’entrepreneuriat se multiplient, et la carte des incubateurs africains est édifiante.  Parmi les secteurs favoris des start-ups africaines qui émergent, la fintech, les énergies renouvelables, le digital et l’éducation. Le blog Enko fait un point sur les tendances qui se dessinent parmi les start-ups de l’éducation en Afrique.

L’éducation de la population du continent le plus jeune du monde, l’Afrique compte 400 millions de jeunes de moins de 16 ans, est une nécessité vitale.  Elle est la seconde priorité du panel africain interrogé par Afro-barometer. Cependant, après les périodes d’ajustement structurel des budgets gouvernementaux de bon nombres de pays d’Afrique Sub-saharienne pendant les années 80, les budgets consacrés à l’éducation ont été réduits à portion congrue. Dans la plupart des pays africains, les systèmes éducatifs répondent mal à la pression démographique et aux attentes de classes moyennes en constitution plus exigeantes sur la question que ne l’étaient leurs parents. Si l’accès à l’éducation s’est améliorée, beaucoup de jeunes étudient dans des classes surchargées et mal équipées qui les préparent mal à affronter le marché du travail.

Le WEF for Africa qui s’est tenu en mai 2017 à Durban a d’ailleurs consacré une session au sujet présentant des initiatives menées dans les pays du sud allant de création de vidéos d’edutainment, de sous-titrage de programmes TV pour améliorer l’alphabétisation des adultes, aux écoles Bridge (écoles low cost financées par la Fondation Bill Gates et par Facebook), et à la mission organisée par le BCG pour dynamiser les écoles du secteur public dans l’état de l’Haryana en Inde. Les besoins dans le secteur éducatif sont importants et variés. Les entrepreneurs ne s’y sont pas trompés et un certain nombre d’entre eux ont décidé de tenter l’aventure dans ce secteur.

Les start-ups de l’éducation sont les chouchoutes des Agences de Développement et des grandes fondations philanthropiques internationales car elles permettent de concilier plusieurs impératifs. Certaines start-ups sont des entreprises sociales et investir dans l’éducation promeut un développement à long terme puisque c’est un investissement dans les générations futures. Les start-ups utilisant le digital sont les plus nombreuses du fait des opportunités créées par la digitalisation et de leur faible besoin en capitaux (au moins au début). On peut classer les start-ups oeuvrant dans l’éducation dans plusieurs catégories.

  • Les start-ups qui s’adressent directement aux élèves où aux étudiants, en leur proposant des cours particuliers, des approfondissements de cours, des révisions des examens, des mises en relations avec des pairs qui pourront leur donner des conseils. C’est le secteur du e-learning, visant les rejetons des classes moyennes urbanisées qui ont les moyens de payer un abonnement ou des cours particuliers.
  • Les start-ups qui viennent en support des enseignants des systèmes publics en proposant des solutions pour optimiser leurs enseignements, plateformes de soutien de leurs cours, analyse des performances et des progrès de leurs classes, etc.. (Cf l’entretien d’Adrien Bouillot créateur de Chalkboard Education à paraître sur ce blog).

On ne peut que se réjouir de ces bonnes volontés qui se pressent pour profiter des possibilités immenses que représentent les défis de l’éducation en Afrique. Cependant, comme le fait remarquer Tom Jackson sur le site Disrupt Africa, si l’on peut facilement s’enthousiasmer sur ces marchés potentiellement immenses et quasiment vierges, la révolution digitale dans l’éducation sur le continent se heurte à quelques éléments (infra)structurels. Certaines parties de l’Afrique sont encore soumises à des approvisionnement hasardeux à l’électricité (620 millions d’africains n’auraient pas accès à l’électricité selon l’African Development Bank). Le taux d’équipement en téléphones mobiles, ne signifie pas que la majorité des africains disposent d’un smartphone ou d’une tablette. L’accès à Internet est loin d’être généralisé. Lorsque l’accessibilité technique n’est pas un problème, le coût de la data reste exorbitant et inabordable pour une grande partie des africains. Enfin le taux d’alphabétisation digitale est très bas pour les raisons que l’on vient de citer.

Les solutions digitales n’offrent que des solutions partielles, répondant à un problème particulier, rapiéçant une partie du système. Il manque une réflexion holistique sur l’innovation dans l’éducation qui devrait être impulsée par les gouvernements africains et qui ne soit pas seulement le résultat d’initiatives parcellaires proposées par des acteurs privés, quelle que soit leur bonne volonté.

D’autres start-ups n’ont pas joué la carte du digital et ont décidé d’investir des marchés de niche, en créant physiquement des écoles privées, qui répondent à des demandes que le secteur éducatif traditionnel ne prend pas en compte. C’est le pari qu’a lancé Enko Education  en Afrique Sub-saharienne avec ses écoles internationales abordables, qui préparent les lycéens africains à intégrer les meilleures universités mondiales.

Alors les “licornes africaines”, ces start-ups qui lèvent des centaines de millions de dollars et seraient promises à un succès planétaires seront-elles dans le secteur de l’éducation? Rien ne permet de l’affirmer.  Mais l’éducation reste cependant un secteur où ceux qui cherchent un investissement qui a du sens. Car comme l’a écrit Joël de Rosnay: “L’éducation est au centre de toutes les stratégies de construction de l’avenir. C’est un enjeu mondial, un des grands défis du troisième millénaire.”.

Vous voulez en savoir plus sur les activités d’Enko Education? Cliquez ici!

 

 

About the Author:

Installée en Afrique du Sud depuis octobre 2015, Bénédicte est sociologue et a enseigné la sociologie en France notamment à Sciences Po Paris tout en effectuant des missions de recherche. Ses sujets de predilection: l’éducation, la santé publique, et le “women empowerment”. Elle a créé à Johannesburg le réseau professionnel de femmes francophones Work In The City JHB et met en oeuvre son goût pour l’écriture sur son blog ngisafunda.wordpress.com et sur le blog d'Enko Education