Baccalauréat International

Home/Tag:Baccalauréat International

L’éducation pour passion… #beingateacher

Entretien avec Kukua Frempong, professeur et coordinatrice International Baccalareate chez Enko Nyamunda Maputo

Née au Ghana, Kukua Frempong a enseigné pendant six ans le programme de Cambridge à Maputo. Elle a rejoint l’équipe d’Enko Nyamunda à l’ouverture de l’école à Maputo l’an dernier. Elle évoque avec nous sa trajectoire professionnelle, son engagement et sa passion pour l’éducation et son travail chez Enko.

Pourriez-vous évoquer votre parcours, ce qui vous a amenée à travailler dans l’éducation ?

Je n’ai pas vraiment eu une vocation précoce pour l’éducation, bien qu’un certain nombre de membre de ma famille enseignaient. Ma mère a été professeure d’économie pendant plus de trente ans, mon père était médecin mais donnait des cours à la fac d’Accra. Ma sœur qui vivait au Royaume Uni au moment où j’y commençais mes études m’a conseillé de prendre des cours d’éducation dans mon cursus car c’était une profession utile et relativement bien payée. J’ai suivi ses conseils. L’éducation est devenue une passion qui a été renforcée après ma licence. Les commentaires positifs que je recevais sur ma façon d’enseigner de mes élèves et des mes superviseurs m’ont encouragée à poursuivre cette voie. Plus j’entendais ces commentaires, plus je me disais que c’était un talent que Dieu m’avait confié et qu’il fallait que je fasse fructifier. Un jour, alors que ma mère et ma tante étaient venues me visiter, je leur ai raconté que mon superviseur était venu assister à un cours d’économie que je donnais et m’avait complimentée sur l’intérêt et la clarté de ma leçon, elle me répondirent : « mais tu es une prof ! ».

Voilà pour la vocation. Pour la pratique, j’ai rencontré des professeurs fabuleux qui m’ont fait exceller même quand je pensais que je n’avais pas les qualités pour, et d’autres professeurs qui ne faisaient que critiquer et décourager. Alors au fur et à mesure que ma résolution d’être à mon tour enseignante s’affermissait, j’ai décidé d’être plutôt le type de prof qui motive les élèves, les fait se surpasser et croire en eux-mêmes plutôt que le second type… Je crois que cela a fait une grande différence dans la capacité de mes élèves à réussir.

Parlez-nous d’enseignants que vous admirez ?

J’en ai rencontré un certain nombre, dont mes parents ! Il y en a deux que je voudrais évoquer. La première est ma tante, madame Georgina Baiden. C’est une enseignante fantastique. Elle l’a été pendant plus de cinquante ans, a été la première femme élue présidente de l’association nationale ghanéenne des enseignants dans les années 90 et est propriétaire d’une des meilleures écoles privées de Takoradi, dans la région occidentale du Ghana. La seconde personne que j’ai envie d’évoquer est mon professeur de mathématiques au lycéen monsieur Emmanuel Sam. Il s’arrangeait pour rendre les sujets les plus compliqués compréhensibles et j’essaie de suivre son exemple. Il utilisait différentes approches pour être sûr de disséquer les sujets en petits morceaux que les élèves pouvaient comprendre.

Pourquoi avez vous choisi de travailler chez Enko au Mozambique ?

Plusieurs raisons m’ont attirée sur ce projet. Je travaillais déjà depuis six ans au Mozambique, dans une école privée proposant le programme Cambridge à Maputo. Comme vous le savez, le secteur de l’éducation au Mozambique est seulement en train de se développer après la très longue période de reconstruction suivant la guerre civile qui a duré de 1976 à 1992. Le gouvernement fournit une éducation publique mais pas d’une qualité satisfaisante, le secteur privé développe une offre mais en ayant une approche plus commerciale qu’axée sur l’éducation. Dans ce contexte, la proposition d’Enko pour une éducation internationale de qualité à des prix abordables sur le continent africain me paraissait très pertinente. Ils proposent par ailleurs un programme que j’avais envie d’enseigner, le programme IB. L’avantage du programme IB (International Baccaulaureate)  est de ne pas être seulement livresque, il ne s’agit pas d’apprendre par cœur des concepts et de les reproduire. Il permet aussi au lycéen de se développer dans différentes directions ou dimensions. Je recherchais un établissement où l’on promouvrait une éducation complète à ses lycéens, et j’ai alors entendu parler du projet Enko.

Que retiendrez-vous de votre première année chez Enko ?

Cette première année a été fantastique, nous avons abattu une quantité de travail incroyable. Notre directeur, Keith Allen est un chef d’équipe charismatique et son optimisme nous porte. Cela m’inspire beaucoup ! Il nous a menés vers une accréditation IB obtenue pendant la première année d’exercice de l’école ce qui est vraiment exceptionnel. Toute l’équipe a mis les bouchées doubles, nous avons travaillé dur et sans relâche pour répondre aux exigences de l’organisation IB en si peu de temps. Côté pratique de l’enseignement, je suis très satisfaite des retours positifs des parents sur la modification des attitudes scolaires de leurs enfants et dans leur comportement général. Nous avons su faire une différence et nous en sommes fiers !

Vous êtes parent, enseignant, étudiant, ou tout simplement passionné d’éducation, n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires, questions, suggestions!

Bienvenue à Enko Ferndale !

Le jeudi 22 novembre 2016 a eu lieu l’inauguration de l’école Enko Ferndale, nouvelle arrivée dans la famille Enko Education qui offre déjà une éducation internationale de qualité dans quatre pays d’Afrique sub-saharienne.

dsc_9135

« Le soutien à l’éducation est une priorité de la France »

Charlotte Montel, première conseillère à l’Ambassade de France en Afrique du Sud a pris la parole pour saluer la création de cette première école Enko préparant l’International Baccalaureate à Johannesburg et dire l’attachement de la France au développement de l’éducation en Afrique et donc au projet Enko. Cet attachement est d’ailleurs matérialisé par la présence de Proparco, filiale de l’AFD au capital d’Enko Education depuis le mois d’août dernier.

dsc_9192

« Proposer aux étudiants africains le diplôme de fin d‘études secondaires le plus recherché par les responsables d’admission des plus grandes universités internationales »

Cyrille Nkontchou, co-fondateur d’Enko Education avec Eric Pignot a rappelé les bases de leur aventure entrepreneuriale qui a commencé il y a juste deux ans avec le rachat de l’école Amazing Grace à Johannesburg. Le développement d’Enko Education s’est étendue à trois autres pays du continent : le Cameroun dont Cyrille Nkontchou est originaire, la Côte d’Ivoire et le Mozambique. L’année 2017 verra l’ouverture de deux nouvelles écoles : à Ferndale et au Mozambique. Enko Education a été crée pour répondre aux aspirations de ces jeunes africains, proportionnellement plus nombreux que leurs homologues des autres continents, à vouloir étudier dans des universités étrangères. 6% des lycéens africains vont étudier sur un autre continent. Les diplômes ou certificats de fin d’études secondaires des pays africains ne sont pas toujours bien reconnus par les universités étrangères. Les universités les plus prestigieuses reconnaissent la sous-représentation des étudiants africains et cherchent souvent à combler cette lacune.

dsc_9212

« Nous ne faisons rien de moins que de changer le monde ! »

Nowvuyo Mzamane, enthousiaste responsable académique des écoles d’Enko Education était fière de pouvoir partager les expériences d’élèves des écoles Enko soulignant la richesse de l’expérience éducative dans les programmes proposés (voir notre interview à paraître avec Adzo Ashie, Regional Development Manager IB for Africa). Elle a évoqué les histoires de trois élèves, parmi les premiers scolarisés dans des écoles Enko, qui ont déjà obtenu des admissions conditionnelles dans des universités prestigieuses au Royaume Uni et en Australie et pour certains d’entre eux des offres de bourses pour financer leurs études. Elle a ensuite présenté Enko Ferndale qui ouvrira ses portes le 18 janvier prochain et proposera dans un premier temps un programme Cambridge IGSCE pour les grades 8, 9 et 10, puis à partir de l’an prochain le Diploma Program IB pour les grade 11 et 12. Elle a précisé qu’il serait possible également à des élèves venant de l’hémisphère nord (donc finissant l’année en juin) de commencer en septembre.

dsc_9018

Le souhait des fondateurs est depuis le début d’offrir la meilleure éducation internationale à des tarifs abordables. Les frais de scolarité sont en moyenne cinq fois moins élevés que dans les écoles proposant le cursus IB dans le reste du monde. Cependant consciente que ces frais restent élevés pour les familles africaines, Enko Education a par ailleurs pris l’engagement d’accueillir dans chacune de ses écoles 10% à 20% d’élèves boursiers.

Bienvenue sur le blog Enko Education !

« Children of today are the leaders of tomorrow and education is a very important weapon to prepare children for their future roles as leaders of their community » 

Nelson Mandela
Soweto Février 1990

L’une des conséquences du poids croissant de l’Afrique dans le monde est le besoin accru pour des leaders bien formés et au fait des enjeux de la globalisation. L’aspiration à une éducation de qualité est une constante en Afrique. L’édition de décembre 2015 de l’Afrobaromètre a en effet établi qu’elle était l’une des trois priorités des personnes interrogées. C’est à cette demande que répond la création d’Enko Education. L’objectif d’Enko est de créer en Afrique subsaharienne des écoles internationales, permettant à un plus grand nombre de lycéens d’accéder aux meilleures universités du monde.

Entre septembre 2014 et novembre 2016 cinq écoles Enko Education ont vu le jour au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Mozambique et en Afrique du Sud. Deux nouvelles écoles, à Ferndale en Afrique du Sud et à Vilankulo au Mozambique ouvriront leurs portes en janvier 2017.

Enko Education c’est aussi l’aventure de passionnés de l’éducation qui veulent promouvoir des écoles permettant de faire éclore les talents africains de demain et de faire de ces talents les futurs leaders qui reviendront faire croître leur communauté. Car comme le disait Nelson Mandela, l’avenir d’un pays (et à fortiori d’un continent) se mesure à la qualité de la prochaine génération. Enko veut offrir une éducation internationale innovante, s’appuyant sur la stimulante pédagogie IB, qui met les questionnements des élèves au centre des apprentissages et suscite la curiosité, l’esprit critique, et l’apprentissage profond plutôt que superficiel.

Pour soutenir le développement du réseau et des écoles locales, Enko Education s’appuie sur une équipe de professionnels passionnés, qu’il s’agisse du corps enseignant, mené par des directeurs d’écoles chevronnés maîtrisant la pédagogie IB, des enseignants motivés ou de l’équipe de développement, basée à Johannesburg.

Nous avons voulu créer le blog Enko Education pour partager l’expérience des écoles Enko, de leurs étudiants, de leurs professeurs, des parents d’élèves, et de l’équipe qui porte cette aventure entrepreneuriale. Nous souhaitons y partager également notre conception de l’éducation, informer sur les temps-forts de l’année scolaire et la préparation de l’entrée en cycle universitaire, répondre plus largement aux interrogations de la communauté éducative et du réseau. Ce blog est le vôtre, n’hésitez pas à nous faire part de vos questions et commentaires.

Eric Pignot